Rencontre d’une plume et d’un crayon

© Editions Circonflexe

Il montre et raconte si bien qu’il sait arrêter le temps. A notre époque plutôt frénétique, n’est-ce pas une grande qualité ? « Oiseaux de A à Z » emmène son lecteur frôler les brindilles des sous-bois et planer au-dessus des rochers. Histoire d’un album naturaliste.

De « albatros » à « zostérops ». Aucun doute, c’est un abécédaire… Pour le reste, moins d’évidence : catégorie ‘inclassable’ alors, pour cet album dont chaque dessin est un tableau poétique et paisible qu’on aimerait avoir dans sa chambre, et dont chaque texte est un moment de douceur, de contemplation et de découverte. En format paysage, évidemment !

En fait, la plume qui se cache derrière ces feuilles (!) tutoie son lecteur, qu’on devine plutôt jeune, pour raconter une petite histoire étonnante, souvent personnelle et toujours instructive. Au fil des pages, on a l’impression de s’installer ainsi dans une discussion avec un fin connaisseur des oiseaux et de leur milieu de vie. Pourtant, l’intéressé s’en défend : « J’ai grandi dans un village de Basse Normandie – à Moncy – où m’est venu assez naturellement ce goût pour l’observation des oiseaux, explique Corentin Bréhard. Ce sont les animaux que je connais le moins mal, mais je ne suis pas un ornithologue ! En fait, je me suis initié aux oiseaux avec mon grand frère qui a accumulé pendant une petite dizaine d’années de nombreux carnets de notes sur les oiseaux avec de multiples descriptions, détails, anecdotes et dessins. » Quelquefois, il n’y avait pas besoin d’aller bien loin : « Des mésanges nichaient à proximité de la maison, des hirondelles avaient élu domicile dans le garage, mon père avait pris l’habitude de collectionner les nids abandonnés ». Bref, la vie à la campagne :-)

Et le passage de la balade champêtre à cet ouvrage ? « C’est plutôt un concours de circonstances. Une amie connaissait l’illustratrice qui a réalisé au crayon la collection de dessins d’oiseaux, il fallait des textes pour aller avec… et c’est tombé à un moment où j’avais un peu de temps » concède l’auteur improvisé. La mission était imprévue mais le travail non moins consciencieux. Après quelques rapides échanges avec l’illustratrice suisse Sandra Lizzio, l’écriture démarre à partir des dessins qu’elle choisit et avec la principale contrainte de trouver un oiseau pour chaque lettre. « J’ai juste demandé s’il pouvait y avoir un martin-pêcheur, car j’adore les couleurs éclatantes de cet oiseau, avoue Corentin Bréhard. De façon générale, j’aime beaucoup les oiseaux colorés comme les guêpiers, les mésanges bleues ou les geais ».

Pour goûter aux couleurs de ces plumages, vous aurez simplement à faire comme la sterne arctique lorsqu’elle rejoint le pôle Sud en traversant l’Atlantique : vous laisser porter par les vents. Page 44 !

Plus d’info
. la fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur Circonflexe
. le site de l’illustratrice Sandra Lizzio

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s